Avant de savoir que ce roman existait, j’avais vu le film qui en était adapté. Même s’il me semblait ne pas avoir saisi toutes les subtilités de l’histoire, j’avais tout de même réussi à comprendre l’intrigue dans son ensemble. Outre le destin tragique du personnage principal, c’est surtout la beauté visuelle et l’atmosphère poétique du film qui m’ont profondément touchée. Je m’étais promis de lire le roman un jour et c’est chose faite !

Geisha nous raconte le destin tragique de Sayuri, une petite japonaise adoptée par une maison de geishas. Alors jeune servante, elle va se découvrir un objectif, celui de devenir une de ces femmes convoitées afin de pouvoir approcher l’homme qu’elle aime. Mais les choses ne sont pas aussi simples qu’elles n’en ont l’air. Car pour pouvoir survivre dans un tel milieu, tout n’est qu’une question de relations et de stratagèmes.

Ce roman est une vraie mine d’or pour qui souhaite en savoir plus sur les traditions des geishas, leur mode, leur art, leurs relations avec les clients, etc.

Outre ce monde d’artistes japonaises que j’ai adoré découvrir, c’est bien l’histoire de Sayuri qui m’a le plus interpellée. Une petite fille pour qui la vie ne lui a pas été favorable et qui va tout faire pour atteindre le bonheur. Et ce, en étant proche de l’homme qu’elle aime. C’est pour cette raison que j’ai trouvé le personnage de Sayuri réellement touchant et intelligent

Je suis ressortie de cette lecture à la fois émue, heureuse mais malgré tout bouleversée. Ce n’est pas un roman d’action où il faut s’attendre à des rebondissements. Lorsqu’on lit ce livre, tout est dans le ressenti et la contemplation de cet univers si singulier, emprunt à la fois de douceur et de cruauté.

L’écriture de Arthur Golden est juste et agréable à lire. Cependant, au vu du sujet, je m’attendais à un style plus poétique. Je dois dire que c’est mon seul regret.

Éd. Le Livre de Poche, 2006, 606 p.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar