Chronique | La Maison du Scorpion de Nancy Farmer

Que dire de ce roman si ce n’est qu’il a été une grande surprise !

El Patrón, ou Matteo Alacrán, est un puissant baron de la drogue. Il règne sur Opium, un nouveau pays créé au XXIe siècle entre le Mexique et les États-Unis. Âgé de 140 ans, il estime devoir vivre 9 vies et pour cela, s’adonne à des expérimentations contre-nature. Ainsi, naît un de ses clones, Matt. Contrairement à ses autres copies, El Patrón décide de ne pas le décérébrer. Le jeune garçon grandit loin de tous, jusqu’au moment où les membres de la famille Alacrán le découvrent…

C’est un roman que j’ai trouvé très étrange. D’abord par l’univers singulier et ensuite par le malaise que j’ai ressenti face au personnage de Matt. Je pense que c’est ce qui a fait que j’ai longtemps pensé à l’histoire après avoir fini le roman. Cela fait un bon moment que je l’ai lu, mais je vais tenter d’en parler le mieux possible.

L’histoire se déroule dans le territoire d’Opium, un domaine bien gardé. Quiconque tente de le traverser risque sa vie. Dans une atmosphère chaude et sèche, se trouve la résidence du plus grand baron de la drogue. C’est dans une opulence digne de la vieille époque que va évoluer le personnage principal.

Nous suivons ainsi Matt. En tant que clone, il est rejeté et méprisé par certaines personnes de l’entourage d’El Patrón. Celles-ci ne le considèrent pas comme un être humain et voient en lui une bête dénuée d’intelligence et de sensibilité. J’ai ressenti de la peine pour ce personnage qui n’a rien demandé. Malgré tout, Matt est donc un garçon très intelligent.

Une infime partie des personnages est détestable. Mais heureusement que nous en rencontrons d’autres plus attachants et drôles.

L’intrigue ne suit pas une trame précise. C’est étonnant dit comme cela mais cela ne m’a pas empêchée d’adorer a ma lecture. Le roman nous raconte la vie de Matt enfant, jusqu’à son adolescence, pour finalement arriver sur une fin décisive. La première partie du roman m’a semblé plutôt calme, tandis que la deuxième est pleine de suspense.

L’écriture de Nancy Farmer est un régal et l’univers qu’elle a créé est vraiment très original. Face à cette lecture j’ai ressenti de la fascination, du dégoût, de la colère… Je conseille cette lecture si vous souhaitez lire quelque chose qui sort de l’ordinaire !

Il y a deuxième tome qui a été publié et je compte bien le lire !

Éd. École des loisirs, 2005, 462 p.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz