Chronique | Sally Jones de Jakob Wegelius

Ce roman est une suite de la bande dessinée Sally Jones la grande aventure du même auteur, publiée en 2016 aux éditions Thierry Magnier. Dans le préquel nous avons l’occasion de découvrir l’histoire mouvementée de Sally Jones, une jeune gorille attachante et intelligente. Considérée comme rien de plus qu’une bête, elle aura le malheur de connaître plusieurs maîtres mal intentionnés.

Dans cette suite, on retrouve donc Sally Jones et son ami le Chef, Henry Koskela, au cours d’un voyage en mer qui les amènera à Lisbonne. Par de tristes circonstances, Koskela se verra accusé de meurtre et laissera derrière lui une Sally Jones seule et démunie. Mais la jeune gorille est persuadée que son ami  est innocent et tentera de résoudre le mystère du meurtre coûte que coûte.

J’avais beaucoup aimé la bande dessinée qui retrace l’histoire de Sally Jones. On est vite imprégné de cette atmosphère de voyage, de dépaysement par delà les frontières et les mers et qu’on retrouve dans le roman. Ce fut donc un plaisir de suivre les aventures de Sally Jones sous un tout autre format.

Le livre est vraiment magnifique, avec une couverture à rabats imprimés. Aussi, chaque tête de chapitre est illustrée.

En tant que narratrice, Sally Jones nous relate ses péripéties lors de la quête de la vérité. Il y a des rebondissements mais également des passages plus calmes. Ce n’est pas forcément un mauvais point car ce sont des moments où la protagoniste raconte des moments paisibles et emprunts de douceur. J’ai trouvé que cela a été un régal à lire.

Ce plaisir est en majeure partie dû aux personnages vraiment attachants. Il y a bien évidemment Sally Jones qui est une gorille sensible et douée avec la mécanique. Bien qu’elle ne parle pas, elle perçoit les émotions des gens. Je me suis beaucoup attachée aux personnages secondaires comme Ana et signore Fidardo qui sont emprunts de gentillesse et de générosité à l’égard de Sally Jones. Ce qui n’est pas le cas de tout le monde. Certains font preuve de cupidité et n’hésitent pas à la trahir.

L’écriture de Jakob Wegelius est simple mais efficace. L’auteur n’hésite pas à employer du vocabulaire propre à la mécanique et au maritime, preuve qu’il s’y connaît également. Cela rend d’autant plus le récit plus crédible.

J’ai beaucoup aimé ce roman qui m’a fait voyager jusqu’au bout du monde. J’ai adoré Sally Jones qui est une amie exceptionnelle. Le seul point négatif du est qu’on connaît l’issue de l’enquête de Sally Jones dès les premières pages. En effet l’introduction porte sur une scène qui se passe après. Il n’y a donc pas trop de suspense quant à la fin…

Éd. Thierry Magnier, juin 2016, 576 p.

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Chronique | Sally Jones de Jakob Wegelius"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
wpDiscuz